Les choses à ne pas faire au bord de la Seine

Les beaux jours sont de retour, c’est le moment de prendre à nouveau les quais de Seine d’assaut. Marchez, bronzez, lisez, bougez, mais, pour éviter les ennuis, abstenez-vous de faire ces choses-ci:

 

  • Chasser le crocodile 

Vous déambulez tranquillement sur les quais quand,  soudainement, une longue mâchoire avide de chair surgit d’une bouche d’égout. C’en est fait de vous, le crocodile vous attrape, vous entraîne dans son pestilentiel repère, et vous dévore. Impossible, dites-vous? Pas si vous vivez (par le truchement d’une faille spatio-temporelle crée par Orwell, par exemple) en 1984.  Cette année-là, une femelle crocodile a en effet été retrouvée dans les égouts de Paris, en-dessous du Pont-Neuf.

giphy

Comment Eléonore est-elle arrivée là? Mystère… Mais depuis, la légende persiste. Certains affirment que plusieurs crocodiles, devenus albinos à force de vivre dans le noir, rampent sous la ville… Partir à la chasse est à votre risque et péril. Sinon, vous pouvez aussi vous armer d’un billet de train et filer à l’aquarium de Vannes. Vous direz coucou à Eléonore, qui y vit depuis sa capture.

  • Soulager sa vessie

Cette fois, ce n’est pas une légende, mais un dicton: qui bière au bord de la Seine boit, pipi faire devra. Problème: aucun toilette à l’horizon. Si la maréchaussée vous surprend à vous soulager sur la voie publique, votre porte-monnaie se videra aussi vite que votre vessie: 68€ d’amende.

Pipi

Plutôt que tenter de vous infiltrer incognito dans un restau du coin (et vous faire jeter), téléchargez l’application Le Trèfle, qui vous permet de localiser les toilettes publiques les plus proches.

 

  • Draguer la fille de Bacchus

Le dernier qui a tenté son coup avec Sequana a vu son projet tomber à l’eau. Neptune, dieu de la mer, tombe fou amoureux d’elle. Farouche, la belle refuse de lui donner son 06. Ni une ni deux, il essaie de la kidnapper. Dans la mythologie, les méthodes pour échapper aux relous sont imparables : Sequana fuit jusqu’en Bourgogne et se transforme en rivière. C’est ainsi, selon la légende, que naquit la Seine.

Sirene

 

  • Prendre sa voiture

Demi-tour toute, dès cet été, les berges de la rive droite seront exclusivement réservées aux piétons. Des buvettes, un marché, des jeux pour enfants ou encore des installations sportives remplaceront le crissement des roues sur le bitumes. Le Medef est grognon, les bobos sont contents, la Mairie assure que cette opération rendra Paris plus respirable.

Chatfou

  • Plonger dans la Seine

Vous plongez également dans l’illégalité, et devez vous acquitter d’une amende de 15 euros. Mais il s’agit d’un moindre mal. Si vous choisissez un mauvais spot, il y a de fortes chances que vous soyez emporté par un courant.

« Dans la Seine l’eau est plus ou moins en mouvements selon les endroits. En effet, dans les endroits plus étroits, le courant est plus fort, dans les zones plus larges il l’est moins. C’est cette configuration de la Seine qui est dangereuse », explique Christian Poutriquet, responsable de la commission de formation de la fédération française de sauvetage et de secourisme à Atlantico. En juillet 2014, ces mêmes courants ont tué un trentenaire, qui a été poussé dans le fleuve alors qu’il y urinait… Cf. notre deuxième point.

bacteria

La qualité de l’eau fait également débat. Si elle est beaucoup plus propre qu’il y a 40 ans, le risque de contamination par des bactéries issues des manières fécales reste important. A la clé: gastro, infections urinaires, septicémies…

 

  • Sceller son amour sur un pont

Vos promesses de vous aimer à l’infini et au-delà pèsent lourd. Si lourd qu’elles ont failli faire craquer le Pont des Arts une deuxième fois. La première fois, ce n’était pas sous le poids de l’amour mais sous celui de la guerre qu’il a cédé. En 1979, trop abîmés par les deux guerres mondiales, 60 mètres du pont se sont écroulés. Heureusement, nul n’en chuta, car les Ponts et Chaussées l’avaient fermé deux ans plus tôt.

Pont

En 2015, les 45 tonnes de cadenas d’amour accrochés au pont, considérés par la Mairie de Paris comme une « dégradation du patrimoine et un risque pour la sécurité des visiteurs », sont enlevés. Fini l’amour cadenassé, traversez le pont, roulez-vous des galoches, sentez le vent de la Seine dans vos cheveux qui s’entremêlent et voyez comme l’amour est beau quand il est libre, léger, aérien.

Déborah Loye

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s