Supportrices du PSG : “Nous aussi, on a l’amour du club!”

Le Paris Saint-Germain a lancé en 2016 sur son compte officiel Instagram le hashtag “Belles de Paris”. Chaque semaine, une photo d’une Parisienne avec un objet PSG est sélectionné et publiée. “Peu représentatif”, “simple concept marketing pour vendre les produits du club”… Céline et Morgane n’ont pas attendu de poser en maillot pour supporter le club.

Morgane se souvient encore du score de la première rencontre à laquelle elle a assisté au Parc des Princes : 4-2. “Un match de folie avec des buts, du suspens, des rebondissements”, se remémore-t-elle. Depuis ce PSG-Monaco en 2007, elle ne quitte plus sa carte d’abonnée du club parisien. Mais Morgane est supportrice depuis le berceau. “Mon père me chantait les chants de supporters parisiens quand j’étais petite”, se souvient la jeune femme. En vingt-deux ans, le club de la ville lumière est devenu pour elle une passion… sans fin. Car même si, pour elle, le club a perdu son âme depuis l’arrivée des qataris, elle ne pourrait et ne saurait en supporter un autre.

DSC_0019
1ère carte d’abonnée Saison 2007/2008. Crédits Justine Barraud

Céline, elle, a toujours vécu à 50 mètres du Parc des Princes. Elle grandit en recevant la ferveur des supporters toutes les semaines depuis plus de 20 ans. Supporter le Paris Saint-Germain lui est venu très naturellement : ses parents ont toujours soutenu ce club, mais c’est surtout pour elle le symbole d’un profond attachement à sa ville.

Depuis le début de l’année, le PSG a lancé une opération séduction sur les réseaux sociaux : avec “belles de Paris”, le club met en scène des femmes avec un objet du club. Visiblement, il y a encore du travail, car quand elles vont au Parc ou en déplacement à l’extérieur, Céline et Morgane se sentent un peu seules dans les tribunes… “Le nombre de présentes ne monte pas bien haut” s’exclame l’une d’entre elles. “Elles ne savent pas ce qu’elles ratent !”

“Une fille qui aime le foot ! C’est original !”

Le premier sentiment des gens qu’elles rencontrent ou même celui de leurs ami(e)s reste l’étonnement : une femme, fan du PSG ?  Ensuite, s’installe le doute et elles doivent passer leur examen de supporter.

C’est drôle parce qu’à l’époque du collège et même du lycée, quand je disais que j’étais une vraie supportrice les gens ne me croyaient pas. Du coup mes amis garçons, car mes amies filles ne s’y intéressaient pas, me posaient des questions pour me tester. Tout y passait: du nom des joueurs du PSG à partir de leur numéro de maillot au nom de l’entraîneur de Toulouse.

Les réactions sont positives mais dans l’inconscient collectif, être une femme passionnée de football et supportrice d’un club est encore original. Ce qui ne dérange pas Céline car en soi, pour elle, c’est une réalité : aucune fille ne s’intéresse au foot dans son entourage. “C’est certainement le reflet de la société, estime-t-elle. Il y a toujours aussi peu de filles qui s’intéressent au foot. C’est un milieu qui reste très masculin, sûrement à cause des images assez aggressives qui lui sont rattachées comme le hooliganisme par exemple.”

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Une politique de féminisation du Parc de Princes?

En 2010, une opération avait été lancée par le PSG pour amener un public familial au Parc des Princes. Les places en virage étaient alors gratuites pour les femmes. Le principal objectif était d’endiguer la violence de certains supporters en invitant un public nouveau dans les tribunes, expliquait à l’époque Le Parisien. Cette opération n’a duré que deux saisons.

Capture d’écran 2016-03-24 à 15.21.44
« Tous PSG » psg.fr – article du 22 juillet 2010

Céline, se souvient, déçue, que ça n’avait pas plu aux supporters, ni même vraiment aux joueurs : le public devenait “trop familial” et il n’y avait “plus d’ambiance”. “C’est dommage que les gens réagissent de cette façon parce que les femmes ont aussi droit à leur place dans un stade”, juge-t-elle. “Je comprends, l’ambiance est importante, qu’on aime cette ferveur dans le foot, mais ce n’est pas une raison pour critiquer le fait qu’un public nouveau puisse se rendre au stade.”

Avec les “belles de Paris” aujourd’hui, ce n’est finalement pas encore ça pour la féminisation des supporters parisiens. “Les supportrices doivent elles passer pour des filles superficielles et doivent-elles poser pour être remarquées ?” s’interroge Céline. “ C’est vraiment du ‘sois belle et tais-toi’. C’est très réducteur je trouve, je ne comprends pas.”

C’est ridicule! C’est vraiment pour vendre leurs maillots… Que du marketing! Comme pour Beckham!  

Céline et Morgane ont tout de même décidé d’envoyer leurs photos avec leurs maillots bleu et rouge au PSG. “On verra bien s’ils nous sélectionnent !”, plaisante Morgane. Une façon de s’assurer qu’il y ait, dans le doute, au moins, une “belle de Paris” qui sait chanter “ô ville lumière”.

Justine Barraud

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s