Roland Garros à la conquête de l’Asie

« Rendez-vous à Roland-Garros » troisième édition, c’est parti. L’occasion pour de jeunes joueurs originaires d’Asie et d’Amérique du Sud de décrocher une invitation pour les Internationaux de France juniors 2017. Et pour Roland-Garros, de poursuivre la conquête de ces marchés encore sous-exploités.

Connaissez-vous Adil Kalyanpur et Mahak Jain ? Il y a peu de chances. Ce jeune joueur indien de 16 ans et sa compatriote de 14 ans ont décroché, vendredi 12 février, leur ticket pour Paris, où se jouera la finale de « Rendez-vous à Roland-Garros ». Cette opération lancée en 2014 par la Fédération Française de Tennis (FFT) est un événement qui permet aux meilleurs juniors d’Inde, de Chine, du Brésil et, cette année, du Japon et de la Corée du Sud, de s’affronter lors de tournois. Les vainqueurs de chaque pays croiseront le fer le 21 mai dans la capitale française afin d’obtenir le précieux sésame : une wild-card (invitation) pour le tournoi juniors des Internationaux de France 2017.

L’opération s’est close vendredi à Delhi, avant de rallier Tokyo et Shanghaï en mars, puis São Paulo et Séoul en avril. Ce petit tour du globe est l’occasion pour Roland-Garros de faire sa promotion. L’objectif : développer la terre battue dans ces pays, se faire connaître et détecter les talents de demain. Avec un clin d’œil appuyé vers la Chine, où seuls 14 millions de joueurs sur près de 1,4 milliard d’habitants (soit 1% de la population !) pratiquent ce sport.

« Notre mission au final, c’est qu’en Chine, tennis rime avec terre battue. C’est vraiment notre ambition. Quand les Chinois pensent tennis, ils doivent penser terre battue », indiquait en 2013 Jérémy Botton, alors directeur adjoint de la FFT, en 2013.

« On se doit de développer cette surface qu’est la terre battue. Il faut que les Chinois, les Brésiliens, les Russes […] apprennent à jouer sur terre battue. Il faut que cette surface existe dans le monde entier puisque notre intérêt, pour que notre tournoi se développe, c’est que l’on ait en finale un Chinois contre un Français ou un Brésilien contre un Français… », ajoutait-il.

 

 

Un marketing du rayonnement

Pour susciter les vocations, les stars de la petite balle jaune font partie du voyage. Ainsi, Marion Bartoli était l’ambassadrice de l’opération à DelhiL’ex-tenniswoman au sacré pedigree – vainqueure de Wimbledon 2013, demi-finaliste de Roland Garros 2011 -, personnage médiatique adepte de Twitter, s’avère être le parfait étendard du tournoi et du tennis. Steffi Graf, la femme aux 22 titres du Grand Chelem dont six Roland Garros, prendra le relais à Shanghaï (15-18 mars).

Capture d’écran 2016-02-14 à 18.13.54

L’opération séduction ne s’arrête pas là. En parallèle se tient le « Trophy tour ». Les trophées des vainqueurs des Internationaux de France sont exposés dans les cinq villes qui ont « Rendez-vous avec Roland Garros », mais aussi dans des « lieux hautement symboliques » des pays-étapes, à l’instar du Taj Mahal, souligne la FFT. L’occasion pour les curieux d’observer la Coupe des Mousquetaires et la Coupe Suzanne Lenglen, chargées d’histoire. Un patrimoine qui permet à Roland Garros d’étendre son influence, comme l’a prôné la FFT dans le cadre de l’extension polémique du stade vers les serres d’Auteuil adjacentes – un conflit qui oppose certaines associations de défense de l’environnement aux instances fédérales du tennis-, mais aussi de promouvoir le tournoi :

« La Fédération a décidé de maintenir le stade à Paris. L’argument principal, c’est le patrimoine, l’histoire : c’est ici qu’ont joué les « Mousquetaires ». Par conséquent, cette idée de patrimoine et d’histoire est importante pour la Fédération. On ne rentre pas dans la course aux hectares, au stade à 18 000 places totalement inutile, on reste sur quelque chose du plus humain qui va s’appuyer sur son histoire », nous détaille Mickaël Guittard, chargé des collections à la FFT.

Une image de marque à installer

En s’appuyant sur cet argument, la FFT a développé de nombreux partenariats. Elle est notamment liée à l’Association Chinoise de Tennis (ACT) jusqu’à cette année, et à la Fédération indienne (AITA) depuis 2015. Ces contrats comprennent, selon la FFT, « l’envoi d’entraîneurs dans ces pays pour assurer la formation, la venue en France de coachs et dirigeants afin de se former, et la promotion de la terre battue« . Derrière, se cache une stratégie de marque pour contrôler l’image de Roland-Garros à l’étranger, nous confie Thibaut Fraix-Burnet, responsable contenu à la FFT :

« L’intérêt c’est de contrôler l’image de marque. Demain, il y a 200 millions de Chinois qui s’intéressent au tennis et qui veulent venir à Roland-Garros, cela a un intérêt commercial. Globalement, on sème et on récoltera plus tard, ou non, sachant que la situation sociale en Chine est imprévisible. »

Une politique expansionniste soutenue par les partenaires économiques des Internationaux de France, qui profitent du rayonnement du tournoi pour également s’implanter dans ces pays. Ce sont ces entreprises qui financent au 4/5ème les opérations à l’étranger, quand ce ne sont pas les villes d’accueil. D’ailleurs, qui a sponsorisé « Rendez-vous à Roland Garros » à Delhi ? Longines, marque appartenant à la multinationale suisse Swatch Group.

Romain Nowicki 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s